Sélectionner une page

Créer un podcast en 2021 : le guide ultime

créer un podcast 6 étapes

Voici LA méthode la plus complète pour créer un podcast.

Contrairement aux apparences, pour lancer un podcast qui dure dans le temps, la réflexion va bien au-delà du matériel utilisé…

Je viens de lancer mon 2ème podcast, bien plus professionnel que le premier !

Grâce à ces 2 expériences et aux témoignages de mes “podcasters” francophones préférés, vous apprendrez dans ce guide détaillé :

  • Quelles réflexions avoir AVANT de créer son podcast ?
  • Comment choisir son matériel de podcast ?
  • Comment bien préparer un épisode et comment démarcher ses invités ?
  • Comment gérer la post-production et le montage audio ?
  • Quel hébergeur et diffuseur privilégier ?
  • Les meilleures stratégies pour faire croître rapidement l’audience de son podcast (dont la technique de la double-diffusion).

À vos notes !

Structure du guide :

Illustration questions

Étape n°1

Réflexions AVANT de créer son podcast

podcast illustration

Étape n°2

Choisir son matériel de podcast 

Recherche illustration

Étape n°3

Préparer un épisode et démarcher ses invités

post production illustration

Étape n°4

Gérer la post-production et le montage audio

distribution illustration

Étape n°5

Choisir son hébergeur et son diffuseur 

social media illustration

Étape n°6

Promotion & croissance de son audience

Étape 1

Réflexions AVANT de créer son podcast

Lancer un podcast sans préparation en amont, c’est le meilleur moyen pour rejoindre le cimetière des néos-podcasters qui se découragent avant même d’atteindre le 10ème épisode.

La principale raison de ces échecs : pas assez d’anticipation et d’organisation.

Voyons comment réussir le lancement de son podcast sans se brûler les ailes… Il est question de format, de fréquence, d’identité et de limitation des risques.

Illustration de la frustration au travail

Définir le concept / format

Il est de plus en plus facile de lancer un podcast, d’où une concurrence exponentielle.

Quand on se lance aujourd’hui, il faut réussir à marquer les esprits chez chaque auditeur et chercher à se démarquer.

Pour cela, il existe une recette universelle qui s’applique à l’univers du podcast : le format.

Qu’est-ce qu’un “format” ? Prenons 2 exemples concrets.

Si je vous parle d’une émission de télévision avec une audition à l’aveugle et des coachs choisissant de se retourner (ou pas), vous pensez à The Voice : il s’agit d’un format.

Si je vous parle d’une autre émission nommée Qui veut gagner des millions?, vous savez de quoi il s’agit, et cela même si vous ne la regardez pas.

Pourquoi ? Grâce à son format original.

Les formats fonctionnent particulièrement bien : ce n’est pas pour rien que The Voice est répliquée dans plus de 50 pays sur tous les continents, tout comme Qui veut gagner des millions?.

Dans la newsletter de Marketing Mania, Stan Leloup partage les 4 avantages de la création d’un format :

Podcast format
  1. Différentiation : Votre podcast devient unique dans l’esprit de l’auditeur car personne d’autre n’a le même format d’émission.
  2. Fidélisation : Les auditeurs écoutent un épisode, comprennent votre concept et s’abonnent pour ne pas manquer les prochaines sorties.
  3. Régularité : Puisque le format est une base solide et rassurante, cela vous permet d’être régulier sur la production d’épisodes, sans manquer d’idées pour la suite.
  4. Maîtrise : À force de répéter le même format et de garder la même ossature pour le podcast, vous maîtrisez de plus en plus votre sujet, vous rentrez dans un cercle vertueux et votre émission s’améliore.

Bien sûr, comme pour tout projet, il est rare de miser sur le bon cheval dès la première tentative. Il vous sera nécessaire de partir sur une idée de format, la tester, et l’adapter en fonction des retours de vos premiers auditeurs.

Un peu plus loin dans ce guide, je vous explique étape par étape comment créer une “feedback loop” dès la publication de votre premier épisode, pour trouver ce fameux format qui fera sortir du lot votre podcast !

Définir la fréquence de publication

J’ai longtemps pensé qu’il fallait à tout prix publier au moins une fois par semaine pour ne jamais trop s’éloigner de l’esprit de son audience.

Cependant, en prenant du recul, j’ai remarqué que je trouvais de moins en moins de temps pour écouter tous les podcasts qui m’intéressaient… Et cela même sur des podcasts bi-mensuels que j’adore.

J’ai donc décidé de publier à mon tour un épisode toutes les 2 semaines : c’est très personnel, mais je trouve que la fréquence est suffisamment élevée pour garder une régularité de production ET pour mon audience, sans la spammer.

Cette fréquence permet de me concentrer sur mon activité de freelance en stratégie SEO et Copywriting tout en produisant un podcast de qualité sans me mettre le couteau sous la gorge.

Le rapport à la concurrence

L’offre de podcasts augmente dans tous les domaines… mais la demande d’écoute également ! Du coup, je ne pense pas qu’il y ait de saturation dans quelque domaine que ce soit pour le moment en France.

Il sera plus dur de percer du jour au lendemain dans un domaine où des podcasts phares sont déjà établis, mais en exploitant une singularité et un format atypique : tout est encore possible.

Pour éviter les impasses, on voit encore une fois l’importance de bien définir son concept et son format AVANT de lancer un podcast.

L’identité du podcast

Un article de la taille de ce guide pourrait être consacré à tous les éléments qui font l’identité d’un podcast, tout comme celle d’une marque ou d’une entreprise…

Mais voici quelques éléments de réflexion avant de se lancer :

  • Le nom du podcast : en tant que premier élément donnant une identité, celui-ci doit donner à lui tout seul une idée de la thématique globale du podcast. Par exemple, “Passion Lab” vient de la jonction entre l’économie de la passion et la notion de laboratoire, de recherche : un podcast où on cherche à mieux comprendre la passion economy et les individus qui vivent de leur passion.
  • Le logo du podcast : associé au nom de votre podcast, le logo (aussi appelé “vignette” ou couverture du podcast) est le 2ème élément qui va permettre à un potentiel auditeur de choisir un podcast plutôt qu’un autre dans la même thématique.
  • La bio du podcast : une fois qu’un auditeur a choisi votre podcast via votre nom et votre logo, votre descriptif de podcast doit le pousser à lancer une écoute. Je reviens sur la construction d’une bio dans la partie 4) de ce guide.

Zoom sur l’identité graphique et le branding

L’identité visuelle, ce n’est pas mon fort… Mais regardons ce qui se fait de mieux (à mon sens) dans le domaine en France.

Quand je pense “podcast et identité graphique”, je pense à Thomas Burbidge et son podcast Young, Wild & Freelance. Du coup, j’ai demandé à Thomas son témoignage pour parler de cet aspect du podcasting.

“Pour moi, la création d’un univers passe essentiellement par la partie visuelle. Ce n’est pas pour rien que les grosses entreprises investissent autant dans leur branding et notamment sur l’aspect visuel : c’est un levier de communication très puissant.”

Thomas Burbidge

Hôte du podcast Young, Wild & Freelance

Thomas explique qu’il a investi sur l’aspect visuel pour son branding de podcast car il vient de cet univers professionnel. Pour lui, c’est aussi un bon moyen de différenciation : d’où son utilisation de la couleur rose sur tous ses réseaux sociaux et son site web (un screenshot de son feed Instagram ci-dessous).

instagram thomas burbidge

Thomas va encore plus loin et veut créer toute une symbolique visuelle autour de son podcast. Comme il me l’a expliqué, il essaie de faire rentrer l’auditeur dans son univers dès la visualisation de la couverture de son podcast. Voici l’image en question, et la symbolique derrière selon les mots de Thomas.

couverture podcast young wild freelance

“On y voit un océan avec un levé de soleil, qui est en fait toute une métaphore filée sur la vie de freelance. Cette couverture veut faire passer le message que, en tant que freelance :

  • Tu vas manquer certaines vagues.
  • Tu vas même parfois boire la tasse…
  • … Mais à force, tu vas finir par surfer sur d’autres vagues et atteindre le graal que représente une vie professionnelle épanouie en tant qu’indépendant.”
Thomas Burbidge

Hôte du podcast Young, Wild & Freelance

Avant de passer à la suite du guide, petit clin d’oeil au podcast The Storyline de Noémie Kempf, qui a également une identité graphique très marquée, atypique.

the storyline podcast

“Dé-risquer son lancement”

Une fois qu’on a pensé à l’identité de son podcast, il faut anticiper son lancement et vérifier l’intérêt de l’audience qu’on cherche à cibler.

Voici une technique partagée par Gabriel Gourovitch, hôte du podcast Growth Makers, qui est inspirée de l’approche Lean.

Afin de tester l’intérêt pour son concept de podcast en 2017, il a créé une landing page où il était possible de laisser son adresse mail pour confirmer son intérêt puis recevoir le premier épisode.

L’objectif ? Gabriel s’est fixé un nombre de mails à atteindre, et le lancement de son concept dépendait de l’atteinte de cet objectif. En fonction du nombre de mails collectés, il déciderait de lancer le podcast ou pas.

De cette manière, il “dé-risque” son lancement en étant sûr d’avoir une audience minimale à la sortie de son premier épisode de podcast. Si l’objectif du nombre de mails collectés n’est pas atteint, c’est un signal que quelque chose doit être revu (format, concept, audience cible, etc).

lancement podcast schema

Attention : construire une landing page n’est pas le seul moyen de tester l’intérêt pour son potentiel podcast, et beaucoup d’autres manières peuvent être envisagées.

Par exemple, il est aussi possible de jauger l’intérêt avec un simple post LinkedIn : j’en parle en dernière partie de ce guide où je partage mon post et ses résultats pour le lancement de mon podcast Passion Lab (+12.700 vues, 80 bêta auditeurs qui s’engagent à me faire un feedback détaillé après leur première écoute).

La cible et l’objectif : intégrer son émission dans sa chaîne de valeur

Faire un podcast est très chronophage (nous y reviendrons plus tard). Il y a un prix à payer, financièrement mais surtout temporellement, pour enregistrer un podcast à succès : il faut en avoir conscience avant de se lancer.

Quitte à passer ce temps et dépenser cette énergie sur un projet de la sorte, autant mettre un podcast à son service.

Alors, qu’est-ce que j’entends par le fait d’intégrer un podcast dans sa chaîne de valeur ?

Voici 4 rapides exemples pour y voir plus clair.

1. Alexis Minchella : freelancing, podcasting et livre

Alexis est le créateur du passionnant podcast Tribu Indé, à destination des freelances. Il a d’abord commencé sa carrière en tant que freelance et a créé un podcast pour partir à la rencontre d’autres personnes ayant le même type d’activité.

Son parcours a même entraîné la publication d’un premier livre : Freelance, l’aventure dont vous êtes le héros.

Ainsi, son podcast fait partie intégrante de sa chaîne de valeur.

Alexis Minchella livre podcast freelancing

2. Gabriel Gourovitch : la théorie des cercles concentriques

Gabriel Gourovitch a dépassé les 1,5 millions d’écoutes sur son podcast Growth Makers, pourtant loin d’être un sujet grand public (stratégie marketing et growth).

De l’autre côté du micro sur le podcast de Yann Leonardi sur le sujet “créer, faire grossir et monétiser un podcast“, Gabriel partage la théorie des cercles concentriques.

En résumé : quand on a des projets trop éloignés, on repart de 0 à chaque fois pour capter l’attention.

Au contraire, en additionnant des projets qui tournent autour de la même thématique, ces derniers se nourrissent entre eux et permettent d’accélérer grâce à l’effet cumulé.

Illustration ci-dessous avec l’écosystème “Growth” de Gabriel.

Théorie des cercles

3. Noémie Kempf : faire un podcast au service de sa marque personnelle

Noémie est freelance en Content Marketing. En plus de ça, elle a créé le podcast The Storyline, qui part à la rencontre des créateurs de contenu et décrypte leur stratégie marketing.

Le fait de rencontrer des experts dans le domaine grâce à son podcast lui donne de la visibilité et lui permet d’en apprendre toujours plus dans son domaine, tout en générant des missions en freelance.

“Clairement, le podcast contribue au développement de ma marque personnelle et donc à l’apport d’opportunités professionnelles… mais aussi à ma propre montée en compétences !”

Noémie Kempf

Créatrice du podcast The Storyline

4. Passion Lab : le podcast comme 1ère brique au service d’une vision long terme

Le podcast Passion Lab n’est pas une fin en soi, ni le nombre d’écoutes.

Mon objectif est surtout d’aider le plus de créateurs possibles à partager leur passion et à en tirer un revenu, car je crois en cette transformation profonde de la société.

Cette nouvelle forme d’émancipation est de plus en plus accessible pour les créateurs qui deviennent de vrais entrepreneurs : mon podcast n’est qu’une première pierre d’un édifice bien plus important.

podcast integration

Passons désormais à un autre élément clé : le choix du matériel pour enregistrer son podcast.

Étape 2

Choisir son matériel de podcast

Il est possible de mettre en ligne un épisode de podcast avec pour seul outil : un téléphone portable.

C’est tout à fait possible techniquement parlant.

En revanche, dans les faits, la qualité sonore de votre podcast est primordiale pour capter l’attention de vos auditeurs

  • Quelle qualité faut-il viser ?
  • Quel micro choisir ?
  • Quel enregistreur ?
  • Quel set-up pour quel budget ?

Les réponses à toutes ces questions sont ci-dessous.

podcast illustration

Avoir une qualité audio professionnelle

À la manière de YouTube où le standard attendu pour la qualité des vidéos publiées est bien plus élevé qu’il y a 6 ou 7 ans, le podcasting suit la même trajectoire. Les auditeurs s’habituent à une qualité sonore professionnelle.

Voyons comment atteindre cette haute qualité sans dépenser une fortune.

Petite parenthèse : certains des liens ci-dessous sont des liens d’affiliation, ce qui signifie qu’en cas d’achat, une petite commission me sera versée sans coût supplémentaire pour vous. Ceci me permet de rendre ce guide détaillé 100% gratuit, et sachez que je ne recommande que des produits et outils que j’ai personnellement utilisés, dont je suis certain de la qualité !

Le choix du micro pour créer son podcast

Le cas du podcast solo

En début 2020, mon choix s’est porté sur le Zoom H1n.

Pourquoi ? Je voulais avoir un audio de qualité décente, et cet appareil me servait à la fois de micro ET d’enregistreur, pour un peu moins de 100€.

Pour enregistrer dans de bonnes conditions, il ne manque plus qu’une carte SD 32 GB, une bonnette (pour éviter le grésillement sonore) et un trépied pour ne pas bouger le micro une fois les réglages effectués : j’ai opté pour ce pack.

Ainsi, pour un peu plus de 100€, vous pouvez enregistrer un podcast de qualité correcte, en solo.

Afin d’avoir un autre exemple, Brice Schwartz enregistre son podcast Le Poing Résistance Écologique à l’aide d’un micro Rode NT-USB directement branché à son ordinateur.

podcast resistance ecologique

Le cas du podcast d’interview

En 2021, j’ai voulu passer au format interview et créer un podcast d’une qualité professionnelle, sans que ça me coûte les yeux de la tête…

En faisant mes recherches, je suis tombé sur cet article de Matthieu Stefani qui explique le matériel utilisé pour son podcast GDIY, ce qui m’a bien aidé !

En croisant ce témoignage avec des tests de différents micros, j’ai choisi ce qui semblait être le meilleur rapport entre qualité sonore professionnelle et prix acceptable : le Shure SM58.

Micro Shure SM58

La qualité est vraiment bonne pour un micro qui reste abordable (105€ par micro), et la qualité est bien supérieure à ce que j’ai pu connaître avec mon ancien Zoom H1N.

Si vous optez pour un podcast d’interview, investir dans 2 micros de la sorte permet de faire un podcast de qualité professionnelle.

La marque Shure n’est pas la seule option : une alternative utilisée par Oriane Hemery pour son podcast En Aparté est le micro Samson Q2U, de bonne qualité et un peu moins cher.

samson q2u

NB : si vous souhaitez enregistrer une interview dans une pièce calme avec un seul micro entre les 2 invités, le Blue Yeti est également un classique chez les podcasteurs.

Cependant, un micro de la sorte va capter beaucoup plus de bruits parasites, et il faut avoir en tête que la retouche audio sera plus compliquée lors du montage, par rapport à un enregistrement avec un micro par personne.

Quel enregistreur pour son podcast ?

Le cas du podcast solo

Comme vu précédemment, je préconise le Zoom H1n pour servir à la fois de micro et d’enregistreur pour se lancer dans l’aventure d’une création de podcast en solo.

Il est aussi possible de brancher un micro à son ordinateur et d’enregistrer directement sur un logiciel tel qu’Audacity.

Dans la suite de cette rubrique dédiée au matériel, je me concentre sur le cas du podcast d’interview.

Le cas du podcast d’interview

Satisfait par la qualité de la gamme d’enregistreurs Zoom, mais ayant désormais besoin de pouvoir enregistrer 2 pistes sonores distinctes, je suis resté fidèle à la marque et j’ai fait confiance au Zoom H4N pro.

Zoom H4N pro

À l’aide de 2 câbles XLR, je n’ai plus qu’à relier mes 2 micros externes à mon enregistreur, et le tour est joué.

NB : le bémol du Zoom H4N est qu’il fonctionne avec des piles… Du coup, avec des piles (rechargeables), c’est mieux.

La carte SD

Attention à la compatibilité : j’ai mis 2 heures à comprendre que je n’arrivais pas à faire marcher mon enregistreur Zoom H4N pro car ma carte SD 64 GB n’était pas compatible avec mon enregistreur (fonctionne avec les cartes SD 32 GB maximum).

Les petits plus pour transformer son salon en studio radio

À cette étape, que vous soyez sur un podcast solo ou à plusieurs, vous êtes déjà en mesure d’enregistrer votre podcast.

Néanmoins, vous devez tenir votre micro à la main et n’avez pas encore tout le matériel pour enregistrer dans des conditions proches de celles d’un véritable studio.

Voici les quelques achats supplémentaires que je vous recommande.

Des bras de microphones plutôt que des trépieds

Je vous recommande de privilégier les bras de microphone. Pourquoi ? Cela permet de libérer ses mains et celles de l’invité, ce qui est utile et détend l’atmosphère.

Les trépieds sont plus contraignants que les bras de micro car il est plus difficile de les déplacer.

Avec un bras de micro, le déplacement du micro est nettement plus fluide et peut suivre les mouvements de l’interviewé.

J’ai choisi 2 bras Neewer NW-35 pour mon set up : ils sont abordables, facilement transportables et il suffit d’une table pour les installer.

bras micro newer

Des casques (et un “splitter”)

Pour une expérience plus immersive, pour s’assurer de la bonne qualité sonore et vérifier que l’enregistreur fonctionne, je vous préconise de vous munir de 2 casques d’une qualité sonore correcte. Ce n’est pas utile de casser sa tirelire sur ce point, mais l’expérience est plus agréable pour l’interviewer et pour l’interviewé.

À titre personnel, j’ai acheté 2 casques Pioneer de bonne qualité pour 80€ l’unité.

bras micro newer

Attention : il n’y a qu’une seule prise jack sur le Zoom H4N pro… Par conséquent, si vous choisissez cet enregistreur, prévoyez un splitter qui permet de brancher vos 2 casques sur l’enregistreur.

Bonnette anti-vent et filtre anti-pop

Voici 2 ajouts primordiaux pour améliorer (encore) la qualité du son de votre podcast.

D’abord, choisissez une bonnette anti-vent : pour quelques euros, vous vous éviterez un son dégradé demandant beaucoup d’ajustements en post production.

Personnellement, j’ai choisi ces bonnettes de couleur : ça me permet de plaisanter avec mes invités pour les détendre avant de commencer l’interview, et les laisser choisir leur couleur préférée.

Ensuite, l’ajout d’un filtre anti-pop accroché à votre bras de micro permet d’atténuer les sons “P” et “B” qui ont tendance à ressortir lors de l’écoute. Il force aussi à garder une distance minimale par rapport au micro, ce qui permet d’avoir un volume sonore homogène.

filtre anti pop micro

Ça y est, vous avez tout ce qu’il vous faut pour créer votre podcast et réaliser le premier enregistrement.

En cas de set up en mode interview, votre studio personnel d’enregistrement devrait ressembler à ça :

installation podcast

Étape 3

Comment préparer et réaliser un épisode de podcast

Bon, à ce stade vous avez déjà réfléchi à votre format, et vous avez une bonne idée du matériel nécessaire pour faire un podcast.

Il est temps de rentrer dans le vif du sujet.

Nous allons maintenant voir :

  • Comment préparer un épisode en solo.
  • Comment organiser son travail de recherche en cas d’invité reçu.
  • La gestion et planification avec un calendrier d’enregistrement.
  • Comment démarcher un invité et obtenir des réponses positives.

Voici mes conseils et ceux de mes podcasters préférés : c’est parti !

Recherche illustration

Comment préparer un épisode

La vision du podcaster qui aurait juste à sortir son micro, à parler et à partager ses idées est légèrement idéalisée… Peu importe le format choisi, un gros travail de préparation avant chaque épisode est souvent nécessaire.

Le cas du podcast solo

Le travail de recherche que vous vous imposez pour produire un podcast solo dépend du format que vous choisissez. Le calendrier que vous suivez et la fréquence de publication joue aussi leur rôle… Mais une chose est certaine : on sous-estime toujours le temps qu’on va passer à préparer un épisode.

En plus, la dure réalité est que la qualité d’un épisode n’est en rien proportionnelle au temps passé sur sa préparation… Pire : trop de travail de préparation peut nuire au résultat final, notamment au niveau de la “spontanéité” souvent recherchée par un auditeur de podcast.

préparation vs spontanéité

Si on descend d’un cran au niveau opérationnel, je vous conseille tout de même de rédiger un script (au moins sous la forme de notes) pour ne pas perdre le fil de votre sujet, et pour limiter le temps de montage en post production : un enjeu très important comme on le verra plus tard.

Pour avoir un autre avis, j’ai creusé le sujet avec Brice Schwartz, auteur du podcast Le Poing Résistance Écologique, qui a fait toute une saison d’épisodes en solo.

“Il y avait plein de sujets que je voulais aborder et j’ai cherché le meilleur format pour simplifier des sujets complexes, ajouter de l’émotion au pragmatisme, et trouver quelque chose qui ne me prenne pas trop de temps non plus.”

Brice Schwartz

Auteur du podcast Le Poing Résistance Écologique

Dans le cas du podcast de Brice, pour préparer, enregistrer puis diffuser un épisode, voici la répartition du temps :

  • 1h30 de réflexion / recherche / écriture.
  • 30 minutes d’enregistrement.
  • 30 minutes de montage audio.
  • 30 minutes de promotion.

Nous reviendrons sur ces points dans les parties 4, 5 et 6 de ce guide détaillé du podcasting.

Le cas du podcast d’interview

Pas de révolution ici : quand on réalise un podcast d’interview, la moindre des choses est d’enquêter sur son invité.

Par “enquêter”, j’entends :

  • Creuser les éléments de la vie de l’invité en rapport avec la thématique du podcast.
  • Si la personne a déjà été interviewée, écouter l’épisode et prendre des notes si c’est pertinent.
  • Noter les éléments dont vous voulez absolument parler et ayez une liste de sujets optionnels au cas où ce serait nécessaire.

Ci-dessous, une partie de mon script d’interview de Yoann Lopez à propos de la construction de sa newsletter payante Snowball (+10.000€ par mois). Le but n’est pas de suivre le script à la lettre, mais de s’en servir pour garder le cap de l’interview et recentrer l’invité si nécessaire.

Script interview Passion Lab
Listing de personnes à interviewer et suivi

Avant de commencer à enregistrer vos épisodes, une bonne pratique est de lister toutes les personnes que vous aimeriez interviewer (court, moyen, long terme).

Personnellement, je centralise ce listing sur le même outil me servant à écrire mes scripts d’interview : Notion.

Démarcher les personnes à interviewer

C’est toujours plus simple de débuter un podcast d’interviews avec des personnes que vous connaissez, ou d’avoir une introduction de la part d’une connaissance commune.

Cependant, ce n’est pas toujours possible.

Pour le moment, j’ai obtenu 100% de réponses grâce au template de mail suivant, envoyé avant-même d’avoir sorti un seul épisode :

mail démarchage invité

Vous remarquez que mon mail est :

  • Très structuré : des titres en gras, des passages importants soulignés, des lignes sautées à bon escient.
  • Compact, pour faciliter la lecture : je pourrais ajouter 10 lignes pour parler plus en détail de mon podcast, mais je respecte le temps de mon interlocuteur et me concentre donc sur l’essentiel.
  • Très personnalisé : je parle d’abord de l’activité de la personne que je cherche à interviewer, et je lui montre que je connais son travail (j’ai même lié une de ses vidéos IGTV en rapport direct avec le sujet du podcast).
  • Actionnable : certes mon podcast est nouveau, mais mon potentiel invité peut en savoir plus sur mon concept (et sur moi-même) facilement grâce à un lien vers mon profil LinkedIn et vers mon site web.

Est-ce que ce template est magique ? Non. La preuve : Bovvary m’a dit non, ayant des projets prioritaires pour l’instant, ce qui est compréhensible.

Par contre, il a trouvé le concept intéressant et m’a demandé de lui envoyer les premiers épisodes de podcast dès leurs sorties. J’ai donc bon espoir de l’interviewer dans les mois à venir !

Moralité : en contactant chaque potentiel interviewé avec un mail aussi travaillé, je vous garantie que vous mettrez toutes les chances de votre côté…

Étape 4

Gérer la post production et le montage audio de son podcast

Ouch, on rentre dans le dur.

La post production et le montage, c’est une grosse partie du travail d’un podcaster : on appelle cela du travail de l’ombre.

Pour rendre cette partie digeste et opérationnelle, j’ai inséré quelques visuels et des conseils concrets qui vous feront gagner des heures de montage chaque semaine.

Plongeons dans cette partie technique si importante…

boite à outils illustration

Les bases du montage audio et les techniques d’optimisation du temps

Pour le montage audio, j’utilise le logiciel GarageBand disponible gratuitement sur Mac.

Si vous voulez faire de même, je vous recommande ce tutoriel détaillé pour prendre en main rapidement l’outil.

Dans ce guide, je vais me concentrer sur les grands principes et conseils de montage audio qui restent les mêmes sur d’autres logiciels, comme Audacity par exemple.

Le montage audio technique : gérer les bruits parasites

Un premier élément indispensable est la suppression des bruits parasites : vous ou votre invité tousse, se “racle la gorge” de temps en temps ? Ce n’est pas agréable à l’écoute, et ça n’apporte aucune valeur à votre auditeur… Alors, autant retravailler l’audio pour s’en débarrasser.

Voici comment s’y prendre facilement sur Garageband.

Étape 1 : Sélection des bruits parasites

Je lance ma piste audio brute dans Garageband, à la recherche de bruits parasites qui nécessitent d’être retirés.

Garageband tuto 1
Étape 2 : Faire un 1er “cut” sur le début du bruit

Je place le curseur au niveau du début du bruit parasite, et je fais un “cut” grâce au raccourci clavier cmd + t.

Garageband tuto 2
Étape 3 : Faire un 2ème “cut” sur la fin du bruit

Je déplace le curseur jusqu’à la fin du bruit parasite, et je fais un deuxième “cut” toujours à l’aide du raccourci clavier cmd + t.

Garageband tuto 3
Étape 4 : Suppression du bruit et jonction des pistes

Je supprime la piste audio contenant le bruit parasite, et je joins les 2 pistes audios restantes pour assurer la continuité de l’audio.

Garageband tuto 4
Une autre solution

Si vous ne souhaitez pas totalement supprimer un bruit parasite, vous pouvez aussi l’aténuer lors du montage audio.

Pour ce faire, je vous renvoie vers des tutoriels plus détaillés comme celui-ci.

Superposer des pistes sonores pour rendre son podcast plus vivant

À l’heure de la professionnalisation des podcasts, il devient difficile de ne pas ajouter des éléments sonores pour donner une identité à votre podcast, tout en le rendant plus dynamique et vivant.

Best practice 1 : Ajouter des pistes sonores

Vous pouvez facilement superposer 2 pistes sonores (par exemple votre voix avec une musique libre de droit) pour renforcer certains passages de votre podcast.

Attention à la gestion des volumes sonores pour que la musique ne couvre pas la voix de la personne qui parle… 

Au moment de l’export, les différentes pistes audio fusionnent et laissent place à une piste audio unique : votre épisode est prêt.

Garageband tuto double piste audio
Best practice 2 : Modifier sa bande son pour fluidifier l’écoute

La retouche sonore peut se mettre au service de votre auditeur : voici une liste de petites améliorations pour passer d’une piste audio brute à un épisode de podcast de qualité, prêt à être écouté.

  • Couper les blancs pour dynamiser le podcast : dans votre enregistrement brut, il y aura forcément des temps de silence, de réflexion. Une pratique courante est de raccourcir ces moments de blanc pour dynamiser le podcast. On peut utiliser la même méthode en 4 étapes montrées plus haut pour supprimer les bruits parasites.
  • Atténuer les bruits semi-parasites : on parle ici des “euh” trop fréquents (dont je suis malheureusement un expert) et des autres onomatopées en tout genre, ainsi que des tics de langage qui ne servent pas le propos de l’épisode. En fonction de l’esprit du podcast et de sa thématique, on peut choisir de les supprimer totalement ou de les atténuer lorsqu’ils sont trop fréquents.
  • Faire des “fades” : cette pratique est courante tant pour les podcasts solo que pour les interviews. Un “fade”, c’est une transition qui permet de joindre 2 pistes audio de manière fluide : on baisse progressivement le volume sonore en fin de piste, et on attaque la piste sonore suivante avec un volume montant progressivement (illustration ci-dessous sur Garageband).
Fade Garageband

Pour aller plus loin dans l’aspect technique du montage audio de votre podcast, vous trouverez facilement des tutoriels en ligne avec des explications vidéo à l’appui (je ne m’attarde pas plus sur le sujet ici).

Préparer les parties variables et invariables de votre podcast

Vous avez sans doute remarqué que (quasiment) tous les podcasts ont des éléments de structure qui ne changent pas d’épisode en épisode.

Il s’agit souvent d’une introduction présentant le concept du podcast, sa mission, ainsi qu’une conclusion demandant de noter le podcast en fin d’écoute par exemple.

Bien sûr, ces éléments de structure peuvent évoluer dans le temps, mais il serait dommage d’y passer du temps chaque semaine…

Votre premier travail de montage est donc de déterminer et d’enregistrer ces éléments récurrents une bonne fois pour toutes. 

Voici un zoom sur 2 éléments souvent invariables en partie : l’introduction et la conclusion, ainsi qu’une application concrète.

3 éléments clés pour une bonne introduction fixe

  • Dès les premières secondes, donner envie à l’auditeur d’écouter le podcast en entier : susciter de la curiosité de sa part.
  • Pour une personne qui découvre le podcast, expliquer en quelques mots le concept et l’objectif du podcast.
  • Accompagner le début de l’épisode par un fond sonore crée de la structure et permet à l’auditeur de se plonger dans l’ambiance du podcast.

3 éléments clés pour une bonne conclusion fixe

  • Dès la fin de l’échange, la plupart des podcasters remercient leur public d’avoir écouté l’épisode en entier, peu importe la durée de ce dernier.
  • C’est souvent le moment clé pour demander à son audience de noter le podcast avec la note maximale afin qu’il soit mis en avant sur les plateformes d’écoute.
  • C’est aussi un moment opportun pour faire le lien avec vos autres activités et envoyer vos auditeurs vers votre site web, vos réseaux sociaux ou votre newsletter pour garder contact plus facilement.

Préparer les éléments variables pour chaque épisode

Les 3 conseils qui suivent dépendent du format que vous avez choisi… Mais voici quelques bonnes pratiques qui me semblent essentielles pour personnaliser un épisode :

  • Limiter les éléments variables dont l’objectif est simplement de donner de la structure à l’épisode. Chacun élément de cette nature démultiplie le travail de montage, qui est déjà assez solide sans cela.
  • Pour capter l’attention de l’auditeur, ajouter à son introduction invariable une partie de teasing sur les éléments à retirer de cette écoute. L’auditeur doit savoir en moins de 2 minutes pourquoi investir du temps dans l’écoute de cet épisode.
  • Une bonne pratique assez fréquente est d’extraire un passage intéressant de l’épisode (“bait”, ou tout simplement “extrait”) et de le placer en début d’introduction pour intriguer l’auditeur.

Application avec le podcast Passion Lab

structure podcast passion lab
Extrait teasing n°1

Je sélectionne un passage de 10 à 15 secondes pour susciter l’intérêt de l’auditeur, et j’ajoute une musique de fond jusqu’au début de l’interview pour donner de la consistance à l’introduction de l’épisode.

teasing 1 podcast
Introduction invariable (début)

Je réutilise mon introduction basique à chaque épisode, où j’explique la raison d’être du podcast (en l’occurrence, aider les individus passionnés à vivre de leur passion).

intro podcast 1
Introduction variable

Puisqu’il s’agit d’un podcast d’interview, je présente rapidement l’invité du jour et les grandes thématiques abordées pendant notre échange pour captiver les auditeurs et leur permettre de savoir pourquoi ils investissent leur temps dans cette écoute.

intro podcast 2
Extrait teasing n°2

Je sélectionne un deuxième passage de 10 à 15 secondes sur un sujet différent du premier extrait partagé, dont j’estime qu’il est complémentaire du premier extrait pour convaincre les auditeurs de continuer à écouter.

teasing 2 podcast
Introduction invariable (fin)

J’insère mon nom et le nom du podcast dans un style similaire à ce que fait le collectif Bon Entendeur dans leurs productions musicales (on me l’a fait remarquer après coup).

C’est un rapide instant d’auto-promotion qui ne gène pas l’écoute et qui vise à imprimer ces 2 noms dans l’esprit de l’auditeur…

En échange d’un épisode intéressant, c’est de bonne guerre !

La musique d’introduction se termine de manière progressive, et le cœur de l’épisode peut commencer.

intro podcast 3
Interview

J’insère ensuite l’interview retouchée au préalable pour réduire les nuisances sonores et fluidifier l’échange, lui donner du dynamisme.

interview podcast
Outro invariable

Dès la fin de l’échange, la musique de fond (identique à l’introduction) reprend.

Je remercie les auditeurs d’avoir écouté la totalité de l’épisode, et leur demande de noter le podcast pour lui donner un coup de pouce.

J’en profite pour glisser l’url de mon site web Passion Lab et évoquer ma newsletter, qui permet à toutes les personnes voulant transformer leur passion en business de recevoir du contenu exclusif pour y parvenir. C’est aussi par ce biais que je garde contact avec mon audience, hors communication sur les réseaux sociaux.

outro podcast

Le témoignage d’Alexis Minchella (Tribu Indé)

Comme présenté précédemment dans ce guide, Alexis est l’hôte du podcast Tribu Indé, une référence pour les freelances qui veulent développer leur activité.

Pour lui aussi, la structure d’un podcast est essentielle.

“Tous les podcasts ont une structure, plus ou moins visible. Pour ma part, la structure est la même pour chaque épisode.”

Alexis Minchella

Hôte du podcast Tribu Indé

Voici comment Alexis structure chaque épisode de son podcast :

  • Une introduction classique avec une présentation de son invité.
  • Une première question qui tourne autour de la thématique : “pourquoi se lancer ?”
  • L’évolution de son invité depuis ses débuts jusqu’à son activité actuelle.
  • 2 à 3 thématiques plus développées en fonction de la personne invitée.
  • Des questions autour de la méthode d’organisation de son invité.
  • Des questions rituelles pour finir la discussion.

On constate qu’il y a des éléments variables et d’autres invariables d’un épisode à un autre, mais la structure générale de l’épisode ne change pas.

Appliquer le même principe pour la bio d’un épisode : définir les éléments variables et invariables

La bio d’un épisode peut être l’élément qui va déterminer si une personne donnée va lancer l’écoute de l’épisode… ou pas.

Voici quelques conseils pour structurer une bio de podcast :

  • Garder un même format de titre pour chaque épisode.
  • Commencer par une présentation des thématiques de son épisode solo ou de son invité, en gardant en tête que les premières lignes sont déterminantes pour convaincre son auditeur d’appuyer sur le bouton “Afficher plus“, puis sur “play“.
description bio podcast 1
  • Noter les moments clés et les minutes correspondantes pour permettre à l’auditeur d’accéder directement à ce qui l’intéresse en priorité : en écrivant les minutes comme sur le screenshot ci-dessous (“minutes” : “secondes”), Spotify créera tout seul des liens ancrés pour naviguer dans l’épisode en 1 clic. 
description bio podcast 2
  • Noter les références de l’épisode (avec les liens correspondants) pour permettre à l’auditeur de creuser les sujets qui ont attisé sa curiosité. 
description bio podcast 3
  • Finir la bio par son auto-promotion : proposition de valeur, site web, newsletter, et tout autre élément mis en place pour consolider la relation avec son auditeur. 
descriptif bio podcast 4

Le temps de montage et la règle du x4

Concrètement, le montage d’un podcast demande un temps minimum qui est incompressible… C’est même pour beaucoup de monde la grosse partie du travail.

“Je mets au moins 2h pour préparer une interview, mais ce qui me prend le plus de temps est le montage : pour des épisodes d’une durée entre 1h et 1h30, le montage audio me prend de 3 à 10h par épisode (en fonction des cuts et des retouches audio à faire).”

Oriane Hemery

Hôte du podcast En Aparté

À titre personnel, je passe en moyenne entre 4 et 5h pour retoucher chaque épisode.

Pour Brice Schwartz, il faut 30 bonnes minutes de montage pour un épisode solo de moins de 10 minutes.

Globalement, j’en ai déduit la règle du x4, afin d’éviter toute mauvaise surprise après s’être lancé dans l’aventure du podcasting.

montage podcast temps

On peut estimer qu’en moyenne, le temps de montage audio nécessaire pour chaque épisode est équivalent à 4 fois la durée de ce dernier.

Moralité : si vous hésitez à lancer un podcast, ne perdez pas de vue que cette partie du travail vous demandera un temps minimum à chaque fois que vous voulez sortir un épisode… Surtout si vous partez sur un format long !

Maintenant, allons encore plus loin et parlons de comment héberger puis diffuser son podcast.

Étape 5

Lancer la diffusion de son podcast grâce à un hébergeur

Fut un temps, il fallait soumettre manuellement chaque épisode de son podcast sur toutes les plateformes d’écoute…

Mais cette époque est révolue grâce aux hébergeurs et diffuseurs (qui ont souvent la double-fonction).

Voyons quels sont les acteurs principaux, leur fonctionnement et une autre partie importante de la diffusion : la bio de l’épisode.

distribution illustration

Qu’est-ce qu’un hébergeur / diffuseur de podcast ?

Pour simplifier :

  • Un hébergeur est un service qui héberge : il permet de stocker son podcast en ligne, afin de pouvoir le partager.
  • Un diffuseur est un service qui diffuse : une fois ce podcast stocké et accessible sur le web, il faut le diffuser sur toutes les plateformes d’écoute utilisées par son audience cible.

La petite subtilité étant que les hébergeurs et les diffuseurs ne font aujourd’hui plus qu’un.

Il y a quelques années, à moins d’avoir de très bonnes compétences techniques, il fallait déposer manuellement chaque épisode de podcast sur chaque plateforme d’écoute, y copier-coller la bio, etc. Des tâches répétitives et chronophages.

Aujourd’hui, pour notre plus grand bonheur, les principaux acteurs de l’industrie du podcasting permettent à la fois de stocker chaque épisode et de le diffuser automatiquement sur toutes les plateformes d’écoute, sans aucune compétence technique, et gratuitement (ou presque).

Les 3 acteurs à suivre : Anchor, Ausha et Substack

Bon, il existe de très nombreux acteurs avec des fonctionnalités similaires. J’aurais pu citer Acast et Buzzsprout, qui sont aussi des gros acteurs de l’industrie. En revanche, ces solutions sont un peu plus coûteuses et je ne les recommande pas pour créer un podcast.

Voyons les 3 acteurs les plus intéressants pour se lancer.

Anchor

Je commence par ce que je connais le mieux, et qui est pour moi (de loin) la meilleure option à l’heure actuelle : Anchor.

Logo Anchor Spotify

Anchor permet d’héberger et diffuser 100% gratuitement son podcast sur 7 plateformes d’écoute (Apple Podcasts, Spotify, Google Podcasts, Breaker, Pocket Casts, RadioPublic, Anchor), ce qui est un argument de taille, surtout lorsqu’on lance un podcast pour la première fois.

La plateforme est hyper intuitive : en moins de 30 minutes, tout est en place, et vous n’avez plus qu’à uploader chaque épisode sur Anchor avec les éléments suivants :

  • Le titre de l’épisode.
  • La bio (variable et invariable, comme vu plus haut dans ce guide).
  • Une cover pour l’épisode (à titre personnel, je garde toujours la même).
  • Le numéro de l’épisode, et la saison à laquelle il appartient.
  • Le jour et l’heure de publication de l’épisode, avec un outil de plannification.

Avec plus de 10 épisodes postés via Anchor, je n’ai jamais eu le moindre souci : je recommande vivement !

Ausha

#Cocorico… Ausha est un acteur français qui mérite d’être mentionné ici.

ausha logo

La différience par rapport à Anchor ?

Ausha se veut être encore plus polyvalent : en plus de l’hébergement et la diffusion, son objectif est d’accompagner le podcaster dans sa communication, en permettant la production de quelques clips vidéos par mois.

Le désavantage par rapport à Anchor ?

Après une période d’essai de 14 jours, les formules d’Ausha commence à 11€ par mois, alors qu’Anchor reste gratuit et qu’il est possible de réaliser des courts clips vidéos de communication grâce à un autre outil gratuit. Je vous le présente dans la dernière partie de ce guide.

Substack

Plateforme initialement dédiée aux newsletters, Substack est un peu l’outsider de l’industrie du podcasting.

substack logo

À la base, Substack est à la frontière entre outil de mailing et un blog : c’est un outil intuitif qui vous permet d’héberger et d’envoyer gratuitement votre newsletter, tout en la laissant accessible sous la forme d’un article sur votre page.

Désormais, Substack propose aussi d’enregistrer et d’héberger des podcasts, afin de les envoyer à sa liste email dès l’enregistrement terminé.

Voici un article détaillé qui explique comment faire un podcast sur Substack.

Cette plateforme est intéressante car elle permet de gérer facilement le contenu envoyé à l’ensemble de sa liste email, et le contenu réservé aux personnes payants un abonnement mensuel.

Le témoignage de Laetitia Vitaud (Nouveau Départ)

Laetitia Vitaud réalise le podcast Nouveau Départ (+ newsletter), consacré au monde post-Covid, au côté de Nicolas Colin. À ma connaissance, Nouveau Départ est un des premiers podcasts francophones à avoir été lancé sur Substack.

“Je me suis vraiment mise aux podcasts avec (et grâce à) Substack.

Avant, ça m’intimidait car un podcast doit être stocké quelque part pour ensuite être distribué sur toutes les plateformes via un flux RSS.

Depuis, j’en ai enregistré environ 200 !

Laetitia Vitaud

Hôte du podcast Nouveau Départ

Laetitia trouve plusieurs avantages dans l’utilisation de Substack pour faire un podcast :

  • Un hébergement simplifié.
  • Une mise en valeur via un article d’accompagnement et une belle mise en page (cf screenshot ci-dessous).
  • Un système de distribution intégré grâce à l’envoi de newsletters à une liste email en croissance continue.
  • Une distribution automatisée du podcast sur Spotify et Apple Podcasts.
  • La possibilité de rendre certains épisodes uniquement accessibles aux abonnés payants.
nouveau depart newsletter

Pour pousser plus loin la comparaison entre les différents hébergeurs et diffuseurs, je vous renvoie à un article analysant les différences entre 10 plateformes d’hébergement et de diffusion de podcast.

Sinon, passons à ce qui est probablement la partie la plus importante de ce guide détaillé : la promotion de son podcast, et l’acquisition d’une audience.

Étape 6

Soigner la promotion de son podcast : être entendu pour exister

Encore une fois, créer un podcast à succès demande de l’anticipation et de multiples casquettes.

Réaliser un podcast à forte valeur ajoutée est un bon début, mais n’est en aucun cas une garantie de succès.

La promotion est indispensable pour se faire une place durable dans l’esprit des auditeurs.

Voyons les éléments suivants :

  • Comment communiquer sur le lancement d’un podcast.
  • Comment avoir ses 100 premiers auditeurs et créer une feedback loop (avec schéma).
  • Comment gérer la promotion d’un nouvel épisode.
  • Comment utiliser la stratégie de la double-diffusion pour booster la croissance de son podcast.
social media illustration

Communiquer sur le lancement de son podcast

Une erreur à ne surtout pas commettre est de commencer à enregistrer des épisodes de podcast AVANT d’avoir communiqué sur son lancement.

Pourquoi ?

Comme pour tout lancement de projet, la communication avec les personnes visées est essentielle pour cadrer son travail et valider les hypothèses de départ : le sujet du podcast, son format, le ton, la durée, la structure…

Cet effort évite de perdre du temps, puis de confirmer ou réajuster son plan pour être dans le vrai : voici comment s’y prendre.

Étape 1 : chauffer son embryon d’audience

Au début de ce guide, j’ai fait un peu de teasing à propos des résultats de mon post LinkedIn d’annonce du podcast.

En réalité, il y avait 2 annonces en une dans ce post : mon lancement en freelance en stratégie SEO (1ère partie du post), ET le lancement de mon podcast Passion Lab (2ème partie du post).

Avec le recul, j’aurais peut-être pu avoir encore plus de portée en ne postant qu’à propos de mon podcast (qui centralise quasiment tous les commentaires), mais c’était important pour moi de communiquer en même temps sur ces 2 lancements.

Comme annoncé en début d’article, alors que je suis “en fantôme” sur ce réseau social depuis des années et que je n’y ai logiquement pas d’audience, ce simple post a généré en moins d’une semaine :

  • +12.700 vues.
  • 150 réactions.
  • 48 commentaires.
  • 30 messages en privé.

Ci-dessous le post LinkedIn en question :

Je reviendrai plus en détail sur les techniques de conception-rédaction que j’utilise pour capter l’attention et délivrer un message, mais dans d’autres articles, puisque ce n’est pas le sujet premier ici…

Au-delà de ma surprise et de l’intérêt que ces résultats prouvent pour la thématique de mon podcast (ce qui est déjà rassurant !), j’avais un objectif précis avec ce post : trouver les 100 premières personnes intéressées par mon projet et prêtes à écouter l’épisode en avant première pour me faire des retours.

Regardez-bien ci-dessous mon appel à l’action (CTA : Call to action), qui m’a permis d’atteindre 80% de mon objectif en moins d’une semaine.

CTA linkedin

Sans entrer dans le détail sur la structure du post, vous remarquez que mon appel à l’action :

  • Joue sur le principe de rareté : je ne vais pas partager mon premier épisode à la terre entière, mais seulement à “quelques personnes” privilégiées.
  • Insiste sur le fait que ces personnes-là vont avoir accès à quelque chose en avant première, ce qui donne un sentiment d’importance et d’appartenance à un groupe fermé.
  • Incite à commenter, ce qui joue un rôle majeur pour que le post soit mis en avant par les algorithmes de LinkedIn et ait de la portée organique.
  • Laisse la possibilité d’envoyer un DM pour les personnes qui ne souhaitent pas forcément commenter, mais sont intéressées (une trentaine d’individus tout de même sur ce post).

Bref, en additionnant ces résultats avec ma communication en story sur Instagram, j’ai atteint mon objectif des 100 premiers bêta-auditeurs / auditrices engagés à me faire un retour sur mon premier épisode.

J’ai également eu plusieurs dizaines d’inscriptions à ma liste email alors que je n’en avais pas encore parlé.

Pour l’annonce de mon podcast et ma recherche de personnes intéressées, le choix de LinkedIn n’était pas innocent : j’avais (largement) sous-estimé la portée de mon post, mais je savais qu’il y avait une vraie opportunité d’atteindre une audience via cette plateforme. En tout cas, c’était vrai au moment de mon lancement en début 2021, et c’était donc un choix pragmatique…

Étape 2 : Créer une “feedback loop” (méthode Lean)

Le concept de la “feedback loop” est tiré du livre d’Eric Ries, Lean Startup. L’auteur y partage 3 piliers pour mener un projet agile jusqu’au succès :

  1. Tester : Chaque élément d’un projet doit être testé avant d’être validé. Seul l’avis de l’utilisateur compte.
  2. Mesurer : Pour ne pas agir aveuglément, chaque élément doit être analysé et mesuré avec précision. 
  3. Apprendre : Après chaque expérience, il faut en tirer une conclusion et ajuster son produit / service, avant de tester à nouveau.

Ci-dessous la méthode de la “feedback loop” appliquée à l’univers du podcast :

feedback loop podcast

La “feedback loop” du podcast se déroule donc en 6 grandes étapes :

  1. L’annonce d’un nouvel épisode (Tester) : maximiser la portée de l’annonce en choisissant les réseaux sociaux les plus pertinents pour impliquer ses proches.
  2. Liste de personnes intéressées (Tester) : centraliser précieusement toutes les personnes intéressées par votre podcast, vos premiers soutiens.
  3. Prise de contact et partage de l’épisode (Mesurer) : une fois l’épisode disponible, l’envoyer à toutes les personnes de son listing en personnalisant le message si possible, et en demandant explicitement un feedback après l’écoute.
  4. Centralisation des feedbacks + réponses (Mesurer) : comme pour le listing des personnes intéressées, lister les feedback reçus et prendre le temps de remercier chaque auditeur.
  5. Analyse des feedback et priorisation (Apprendre) : Catégoriser tous les retours (remarque sur le ton, sur le sujet, sur la qualité sonore, etc) et les classer par ordre d’importance, puis par faisabilité.
  6. Mise en place des améliorations (Apprendre) : Ajuster le podcast pour les futurs épisodes en fonction des retours les plus pertinents.

Cette boucle est infinie pour améliorer son podcast et coller au plus près des attentes de son audience cible.

Préparer du contenu pour la promotion de chaque épisode

Ah, la fameuse “création de contenu” sur les réseaux sociaux…
Comment s’y prendre pour donner envie à une personne (déjà sur-sollicitée) d’écouter notre podcast ?
Trouver des éléments de réponse à cette question fait partie du travail du podcaster, c’est donc important de l’anticiper.

“Pour l’acquisition du podcast Indie Makers, je passe principalement par LinkedIn, Twitter et ma newsletter.”

Martin Donadieu

Hôte du podcast Indie Makers

Préparer du contenu pour soi : 2 exemples d’utilisation de LinkedIn et d’Instagram

De la même manière que pour annoncer le lancement d’un podcast, LinkedIn est aussi pertinent pour partager du contenu sur son nouvel épisode de podcast.

À titre d’exemple, Noémie Kempf utilise beaucoup LinkedIn pour la promotion de son podcast The Storyline avec 3 éléments récurrents :

  • Un texte bien travaillé.
  • La personne interviewée mise en avant avec un visuel percutant.
  • Le lien de l’épisode en 1er commentaire du post.
the storyline linkedin

Pour ce qui est de la communication sur Instagram, j’ai trouvé qu’Alexis Minchella avait une approche originale pour la promotion de son podcast Tribu Indé : publier une courte vidéo de la personne interviewée pour donner envie à son audience d’aller écouter l’épisode en question. Par exemple, c’est ce qu’il a fait avec l’illustratrice Ectomorphe (screenshot de la miniature ci-dessous).

Tribu indé ectomorphe

Pro tips : Stratégie de la double-diffusion

La stratégie de la “double-diffusion” consiste à ne pas se contenter de créer du contenu pour le diffuser à sa propre audience. Elle s’applique plus facilement en cas de podcast d’interview, mais pas uniquement.

Le principe : s’appuyer sur vos invités pour faire croître l’audience de votre podcast, et monter sur les épaules de personnes plus grandes que vous.

Vous pensez que chaque personne interviewée partagera automatiquement son passage sur votre podcast à toute son audience ? Grave erreur…

Plus votre personne invitée a une audience importante, plus elle est sollicitée fréquemment pour passer sur des podcasts où d’autres types de format. Conséquence : elle n’a pas le temps (ni le besoin) de communiquer sur toutes ses activités.

C’est votre rôle de lui mâcher le travail pour augmenter vos chances qu’elle parle de votre prodcast plutôt que d’une autre actualité… Voici comment faire.

A) Anticiper la diffusion avant même l’enregistrement de l’épisode

Cette étape consiste simplement à préparer le terrain : pendant que j’installe le matériel et que je rappelle à mon invité le déroulement du podcast dans les grandes lignes, j’en profite pour lui glisser que je lui enverrai un petit teaser vidéo prêt à être partagé sur ses réseaux sociaux / sa newsletter.

Ainsi, mon invité n’a pas à :

  • Réfléchir au moment de l’épisode qui mérite d’être mis en avant.
  • Réfléchir au format avec lequel elle pourrait parler de son passage sur le podcast (audio, image, texte, etc).

En plus, l’épisode est publié 2 à 4 semaines après son enregistrement : l’envoi d’un extrait vidéo permet d’avoir une raison de refaire signe à la personne invitée et la mobiliser pour que son épisode fasse un bon chiffre d’écoutes.

B) Réaliser un extrait vidéo sans compétences techniques (et gratuitement)

Il existe plusieurs alternatives pour produire du contenu à partir d’un épisode de podcast. En voici 3 exemples :

  • Zubtitle (payant à partir de la 2ème vidéo)
  • Ausha (fonctionnalité vidéo disponible si vous utilisez cet hébergeur payant).
  • iMovie (si vous êtes sur Mac et êtes à l’aise avec l’outil).

À titre personnel, j’utilise un autre outil gratuit pour 10 minutes de vidéo par mois (ce qui est entièrement suffisant) et avec un bon rapport qualité de la vidéo / temps passé à la produire : il s’agit d’Headliner.

Voici comment produire vos vidéos de communication avec cet outil en ligne, que ce soit pour vous ou vos invités.

  •  1) Sélectionner un extrait de son épisode.
extrait episode podcast
  • 2) Télécharger l’extrait en sélectionnant “Audiogram Wizard“, en cochant la transcription automatique et en sélectionnant la langue sur français.
headliner 1
  • 3) Choisir un template de vidéo et s’y tenir d’un épisode à l’autre. Tous les éléments sont modifiables : choix des couleurs, ajout d’un logo ou d’une image, etc.
Headliner template
  • 4) Ajouter une bannière qui attire l’attention, pour donner envie d’écouter l’extrait du podcast, puis l’épisode en entier.
gomargu headliner
  • 5) Corriger le transript automatique de l’audio, qui est (pour le moment) loin d’être parfait, mais entièrement modifiable.
transcript video headliner
  • 5) Exporter son extrait vidéo, prêt à être partagé pour communiquer sur l’épisode. Le rendu est top, et fournir une vidéo de ce type à son invité permet de se démarquer tout en lui facilitant le travail pour mettre en avant le podcast (cf GIF ci-dessous).
extrait yoann lopez
  • 6) Envoyer l’extrait vidéo à son invité avec un mail sympatique qui rassure sur la qualité de l’épisode, et indique sa date de sortie. Dans l’exemple ci-dessous, j’ai même envoyé 2 vidéos à Gomargu : une au format story, l’autre au format post Instagram. Ainsi, elle a de quoi communiquer à ses 33.000 abonnés son passage sur mon podcast.
template mail communication

Ce serait bête de se priver de cette visibilité, qui ne demande qu’entre 1 et 2 heures de travail… J’ai reproduit le même procédé avec Yoann Lopez, qui a une communauté de 30.000 abonnés sur LinkedIn, et plus de 11.000 personnes sur sa newsletter Snowball.

yoann lopez feedback

Si vous n’avez vraiment pas le temps de réaliser des extraits vidéos sous-titrés, enlevez les sous-titres. Si vous n’avez toujours pas le temps, vous pouvez aussi miser sur des beaux templates de citations extraites de l’interview avec un outil comme Canva.

Bref, il faut savoir provoquer sa chance pour faire croître son audience, et la diffusion sur les réseaux sociaux est essentielle pour amorcer une audience pour son podcast.

Pour finir sur ce point, le conseil de Brice Schwartz :

“L’enjeu, c’est de rester motivé et régulier même si l’audience est faible au début.”

Brice Schwartz

Auteur du podcast Le Poing Résistance Écologique

C) Ne pas oublier la “stratégie d’Outreach” pour faire connaître son podcast

L’Outreach, c’est le fait de contacter directement les personnes qui ont un lien direct (ou indirect, mais proche) avec un épisode de podcast.

Quelques exemples concrets ?

  • Vous parlez d’une entreprise pour illustrer votre propos ? Faîtes-leur savoir avec un Tweet ou en contactant directement une personne pertinente de l’entreprise en question sur LinkedIn (en fonction du sujet de votre podcast). L’option mail, en général facile à trouver, est aussi possible !
  • Vous citez un article ou un livre ? Cherchez à contacter son auteur pour le lui signaler, ça ne coûte rien et ça peut même ouvrir à de nombreuses opportunités.
  • Vous traitez d’un sujet précis (écologie, fitness, marketing, etc) ? Faîtes l’effort d’en parler aux communautés pertinentes dans votre domaine (groupes Facebook, LinkedIn, messages directs sur Instagram, etc). Toutes les écoutes ciblées sont bonnes à prendre…

Un exemple ci-dessous, où je contacte directement sur Instagram 2 illustratrices qui ont été évoquées dans le premier épisode de Passion Lab.

outreach strategie

À vous de jouer et de lancer un podcast

J’ai fait mon possible pour regrouper dans ce guide détaillé toutes les connaissances que j’aurais aimées avoir avant de créer un podcast. J’espère que ce travail vous a fait gagner des mois d’apprentissage et qu’il vous a donné pleins d’idées pour faire un super podcast dans votre domaine.

À votre avis, est-ce que j’ai oublié :

  • D’aborder un sujet essentiel ?
  • De mentionner un acteur important de l’écosystème ?
  • D’expliquer une stratégie de diffusion ?

Si c’est le cas, partagez-là en commentaire ci-dessous pour que je l’ajoute dans le guide afin qu’il soit encore plus complet, ou contactez-moi sur LinkedIn 🙂

PS : Pour aller plus loin sur le sujet, je vous recommande vivement ces 2 retours d’expérience de la part de Thomas Burbidge et d’Alexis Minchella :

4 Commentaires

  1. Auriane

    Salut Loïc
    Votre guide est trs clair et complet. Il est effectivement très plaisant d’y avoir accès sans le prix à payer (généralement fournir des données personnelles). Merci pour cela.
    Je pense toutefois que quelques mots sur l’identité visuelle auraient été bien venus. Surtout que l’image/logo/nom, répondent à des règles précises.

    Réponse
    • Loïc Coutal-Salle

      Bonjour Auriane, merci pour votre commentaire !

      Comme je l’admets dans le guide, la partie identité visuelle n’est pas mon fort. J’en parle tout de même un peu dans la partie 1) Questions pré-lancement -> “Zoom sur l’identité graphique et le branding” grâce au témoignage de Thomas Burbidge pour son podcast Young, Wild & freelance, avec une identité graphique très travaillée !

      Ma vision des choses est aussi qu’on peut lancer un podcast qui fonctionne sans pour autant être un pro du branding (image/logo/nom), même si ce sont des éléments qui peuvent apporter un vrai plus, c’est vrai.

      N’hésitez pas à me préciser les règles auxquelles vous pensez pour l’image/logo/nom, je les ajouterai pour compléter le guide sur ces aspects 🙂

      Réponse
  2. Fiona

    Merci beaucoup pour cet article Loïc, c’est très complet !
    On voit qu’il y a beaucoup de travail derrière, de la recherche et de la passion, merci d’avoir pris le temps de partager tes outils et techniques.

    Le plus difficile reste à faire… se mettre au travail! 😉

    Réponse
    • Loïc Coutal-Salle

      Avec plaisir Fiona, c’est fait pour dépasser l’aspect théorique et être applicable directement : j’espère donc que ça t’aidera à te lancer ! N’hésite pas si tu as des questions 🙂

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Loïc Coutal-Salle

Loïc Coutal-Salle

Fondateur de Passion Lab : podcast, newsletter et analyses pour aider les créateurs à construire une audience afin de vivre de leur passion.