Sélectionner une page

Comment il a démissionné pour devenir prof de musique

L’histoire de Franck Medrano est la 5ème de cette série d’articles sur les individus qui apprennent à devenir entrepreneurs pour vivre de leur passion.

À découvrir dans cet essai:

  • Comment s’est déroulé son changement de carrière pour vivre de sa passion.
  • Comment il a construit brique par brique un business autour d’une “passion de niche” pour en vivre pleinement.
  • 2 règles à retenir pour lancer votre business-passion en 2021.

C’est parti!

Franck Medrano photo

Est-il possible de vivre d’une “passion de niche”?

Après avoir parlé d’un formateur dans le domaine de l’écriture en ligne, le contraste avec Franck Medrano me semblait intéressant… Voyons pourquoi.

Sans surprise, le marché potentiel des individus qui souhaitent apprendre à rédiger des articles brillants pour générer des opportunités est gigantesque. Ce qui ne correspond pas à la réalité de tous les marchés.

Il est fort probable que votre passion est partagée par moins d’individus, donc que le marché est plus restreint.

Surtout si on se limite à la francophonie: elle représente 300 millions de personnes dans le monde, 5ème langue la plus parlée sur terre… Bien loin des 2 milliards de personnes anglophones, ce qui change la donne.

Pour rappel:

  • Avec Emily Atkin, nous avons vu la règle n°8: “il ne faut pas que tout le monde vous aime bien. Il faut que quelques personnes vous aiment énormément.
  • Ensuite, avec David Perell, nous avons mis en lumière que passion signifiait toujours “potentiel de formation”.

Mais est-ce possible de coupler ces 2 règles, c’est-à-dire de dégager assez de revenus pour vivre grâce à la formation dans une passion “de niche”, partagée par peu de personnes?

Pour y répondre, voici l’histoire de Franck Medrano.

Adieu la vie de banquier, la musique irlandaise dans la peau

Franck Medrano a une passion peu commune: la musique celtique. Il commence à jouer de la flûte irlandaise à l’âge de 8 ans.

Quand il explique à son entourage vouloir gagner sa vie grâce à la musique, il entend toujours le même son de cloche:

Hum, c’est très difficile d’en vivre. Très peu de gens s’en sortent. La musique est un loisir, pas un vrai métier. Il faut faire partie des quelques surdoué(e)s pour en vivre décemment.

Alors comme beaucoup d’artistes, Franck intègre cette croyance.

Ci-dessous un graphique montrant la vision communément partagée lorsqu’il s’agit de faire un “métier-passion”, en particulier dans le domaine artistique:

croyance limitante vivre de sa passion

Vivre de la musique semble être réservé à une élite: on a cette image qu’une grande majorité de passionné(e)s sont précaires, pour une poignée d’élu(e)s qui deviennent riches.

Franck Medrano doit donc trouver un autre moyen de gagner sa vie, et commence une carrière en tant qu’employé de banque.

C’est un choix par défaut: il ne se plaît pas, et est licencié en janvier 2018. Un mal pour un bien…

Il est réellement passionné par la musique irlandaise: il joue plusieurs heures par jour depuis des années. D’ailleurs, il crée une chaîne YouTube dès 2012 pour faire découvrir sa passion, sans prétention.

Il partage des tutoriels et se filme en train de jouer de la musique irlandaise pendant 6 ans avant de lancer ses premières formations par nécessité, ayant perdu son emploi.

Passer d’un loisir à un métier

Lorsqu’il lance ses premières formations payantes, il gagne 200 à 300€ par mois, ce qui ne suffit pas à compenser son ancien salaire de banquier. Loin de là… Mais c’est un début.

Dès 2.000 abonnés, il arrive à générer un Smic par mois grâce à ses formations de musique irlandaise. Il comprend alors que vivre de sa passion est possible, aussi spécifique soit-elle.

Suite à cette prise de conscience, Franck lance 30 formations en un peu plus de 2 ans.

Comment fait-il?

  • Il diversifie les instruments pratiqués, et continue à se former, toujours dans la thématique de la musique irlandaise.
  • Il étudie son marché en donnant des cours particuliers par Skype pendant 1 an pour connaître les points de blocage de ses élèves. Puis il crée des formations pour résoudre les problèmes identifiés.

À ce jour, il vit de ses formations depuis plus de 2 ans. Pour un mois classique, il gagne entre 2.000 et 3.000€, avec ses meilleurs mois à 7.000€.

Ses vidéos ne sont vues qu’entre 200 et 400 fois en moyenne, même si sa chaîne YouTube regroupe aujourd’hui plus de 8.000 abonné(e)s. En même temps, vous me direz qu’on tombe rarement sur une vidéo de flûte irlandaise par hasard…

Pour s’offrir une formation avec Franck, il faut compter entre 99€ et 256€ pour les formations les plus chères.

Quelle stratégie de contenu ?

Franck Medrano se concentre quasi exclusivement sur YouTube.

Franck Medrano Youtube

Il crée principalement 3 types de vidéos:

  1. Des tutos détaillés pour apprendre les spécificités des instruments utilisés (Cornemuse, flûte irlandaise, etc).
  2. Des tutos détaillés pour apprendre à jouer un morceau en particulier.
  3. Des vidéos de démonstration où il joue lui-même, ce qui lui permet de susciter l’envie auprès de potentiels élèves et de montrer ses compétences.

D’ailleurs, il partage aussi ses vidéos de démonstration sur TikTok et Instagram pour faire découvrir la musique irlandaise à un public plus large, et pourquoi pas déclencher des vocations chez des élèves plus jeunes.

Les 2 règles à en tirer pour lancer son projet-passion en 2021

Parmi les 11 règles pour vivre de sa passion en 2021, le cas de Franck permet de mettre en avant 2 leçons clés.

Règle n°10 : TOUTE passion est exploitable… Sans limite.

Dans tous les domaines, il y a des personnes qui cherchent à se former: y compris dans une “ultra-niche” comme celle de Franck Medrano.

Cette histoire me rappelle une citation de Kevin Kelly dans son célèbre article “1000 true fans” paru en 2008, qui correspond à une des premières réflexions sur l’économie de la création :

“Pour autant que je sache, il n’y a rien – aucun produit, aucune idée, aucun désir – sans une base de fans sur Internet.

Tout ce qui est fait ou pensé peut intéresser au moins une personne sur un million. Il s’agit d’une estimation très basse.

Pourtant, si une seule personne sur un million était intéressée, cela représenterait potentiellement 7.000 personnes sur la planète.”

Kevin Kelly

Auteur de l'essai "1000 true fans"

Vous avez une passion peu commune? Il s’agit peut-être bien de la meilleure opportunité.

Plus une passion est commune, plus le nombre de personnes intéressées est élevé… C’est vrai.

Mais en toute logique: le nombre de personnes qui essaient de vivre de cette passion est proportionnel au nombre de passionné(e)s.

Encore une fois, on arrive à la conclusion que quelques fans passionné(e)s valent mieux que beaucoup de personnes indifférent(e)s.

Règle n°11 : Chercher l’intersection entre passion et marché.

Avoir une passion, c’est un bon début… Mais ça ne suffit pas.

Franck gagne sa vie grâce à sa passion uniquement parce qu’il a mis en place une activité de formation qui répond au besoin d’un marché.

Et le fait qu’il y ait un marché potentiel pour tous les centres d’intérêt ne veut pas dire qu’il est évident de monétiser sa passion.

Dans son livre Passion Economy, Adam Davidson parle de “chercher l’intimité à l’échelle.

Déjà, il faut commencer par identifier les choses qu’on aime faire, et celles pour lesquelles on est bon… Pas forcément être le meilleur du monde, être bon suffit.

Ensuite, c’est souvent la combinaison de passions et d’intérêts rarement associés qui permettent de se faire une place dans l’économie de la passion.

Le but ultime est de trouver un terrain d’entente entre sa passion et les personnes qui veulent le plus ce qu’on fait.

Il faut donc chercher l’intersection entre une offre (ce qu’on aime faire par passion) et une demande (ce pour quoi les gens sont prêts à payer dans notre domaine).

Passion et marché

Si Franck avait continué à simplement faire des vidéos tutos sur la musique celtique, sans se préoccuper d’étudier son marché, il n’aurait jamais pu en dégager un revenu.

Et encore moins en faire son métier, en vivre à plein temps.

9 autres règles et un modèle à découvrir pour lancer un business en lien avec sa passion

Cet essai a dévoilé les 2 dernières règles pour réussir dans la passion economy.

vivre de sa passion 11 règles

N’oubliez pas que l’essai n°6 vous donne gratuitement accès à un modèle pour bâtir votre business-passion.

Ps : Pour en savoir plus sur le parcours de Franck Medrano, voici la vidéo d’une interview donnée à Antoine BM!

Articles liés

Gomargu Margaux Reinaudo

Essai n°1

Entre passion pour l’illustration et personal branding fort, le talent de “Gomargu”

Coss Marte photo

Essai n°2

Vivre de sa passion pour le sport… En sortant de prison: la belle histoire de Coss Marte

Emily Atkin photo

Essai n°3

Démissionner et vivre de sa lutte contre le réchauffement climatique: l’histoire d’Emily Atkin

david perell photo

Essai n°4

Les nouveaux enseignants qui exercent en ligne: l’inspiration de David Perell

vivre de sa passion modèle

Essai n°6

Le modèle à suivre pour lancer un projet en lien avec sa passion en 2021

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Je vous envoie du contenu exclusif pour vous aider à vivre de votre passion

Loïc Coutal-Salle

Loïc Coutal-Salle

Fondateur de Passion Lab : podcast, newsletter et analyses pour aider les créateurs à construire une audience afin de vivre de leur passion.